Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui suis-je ?

null

Prénom : Alex(andra)
Age : 34 ans
Job : Responsable webmaster
E-mail : cmay21@gmail.com

Couleur : le bleu
Qualité : la tolérance
Défaut : la curiosité et l'impatience
Rêve : tourner les moulins à prière de Lhassa et fouler les terres de l'Australie
Peur : la banalité

Et pourquoi ce blog : Parce que chaque voyage est une expérience humaine qui me construit. Je n'en reviens jamais la même ! 

Destinations

KATMANDOU / TIBET (Lire...) :
Ecole Victor Hugo Manjushree Vidyapith
Stupa Swayambunath
Durbar Square
KRMEF
Nyalam
Tingri
Col de Lalungla La
Rongbuk
Everest Base Camp

VIETNAM (Lire...) :
Ho Chi Minh
Tay Ninh
Can Tho
Delta du Mekong
Phan Thiet
Dalat
DaNang
Hoi An
Marble Mountain
My Son
Cat Ba
Bich Dong
Tam Coc
Hang Mua
Ha Noi

JORDANIE (Lire...) :
Mer morte
Route de Tafila
Petra
Little Petra
Route du Roi
Wadi Rum

Aqaba

AUSTRALIE (Lire...) :
Sydney
Flinders Ranges
Coober Pedy
Kulgera
King Canyon
Uluru
Kata Tjuta

SLOVENIE (Lire...) :
Bovec
Bohinj
Soca
Ljubljana

CROATIE (Lire...) :
Pula
L'ile de Cres
Zadar
Nin
Zrmanja
Lacs de Plitvice

TUNISIE (Lire...) :
Tunis
Carthage
Sidi Bou Saïd
Bizerte
Tabarka
Bulla Regia
Chemtou
Dougga

EGYPTE (Lire...) :
Les pyramides de Guizeh
Khan El-Khalili
Le Musée du Caire
Le centre ville
L'Oasis de Bahariya
Le désert noir
Le désert blanc
La région d'Agabat
Le site de Saqqarah

ROME (Lire...) :
Visite du Colisée
Le mont Palatin
Le Forum Romanum
La Fontaine de Trévi
Le Vatican
Le musée du Vatican
La place Navona
Le Panthéon

NORVEGE (Lire...) :
Oslo et alentours
Preikestolen
Fjords
Bergen et sa région
Strynefjell
Route des Trolls
Alesund et Molde
Route de l'Atlantique
Trondheim
Plateau de Dovre

SAINT-MARTIN (Lire...) :
Baie Nettlé
Baie aux prunes
Baie aux prunes 2
Fort Saint-Louis
Orient Bay
Mullet Bay
Marigot
Philipsburg
Fiar's Bay / Happy Bay
Anse Marcel
Case ma doudou
Pic Paradis
Rocher Créole
Maho Beach
Baie longue

MADERE (Lire...) :
Funchal
De Porto Moniz à Paul da Serra
De Ribeira Brava à Curral Das Freiras
Paul Da Serra
Serra de Agua
Pico ruivo
Jardin botanique et Orchidées
Pico de Areiro
Santa Cruz

LAPONIE (Lire...) :
Trajet aller
Korvala
Le village du Père Noël
Ballade en traîneau
Safari en motoneige
Kemi, le château de glace
Trajet retour


FRANCE :
Cassis
Moustier et le lac de St-Croix
Les Gorges du Verdon
L'Ariège, les Pyrennées


REPUBLIQUE TCHEQUE (Lire...) :
Prague
Cesky Krumlov
Karlovy Vary

CANADA (Lire...) :
Mont Royal
Le biodôme
Le jardin botanique
Quebec
Chute de Montmorency
Sur la route
Parc de la Mauricie
Parc Omega
Montréal

IRLANDE (Lire...) :
Dublin
Le Connemara
Les falaises de Moher

SENEGAL :
Dakar, côte ouest
L'Ile des madeleines
L'Ile de N'Gor
Le lac rose
Toubab Dialao
Joal Fadiouth
Ile de Gorée
Les mamelles
Keur Bamboung
St-Louis
Réserve de Bandia

FINLANDE :
Turku
L'ile de Ruissalo
Les Yellow Nose
La visite du chateau
La ville de Tampere
Le boat trip
Concert à Helsinki
Balade à Naantali
Séjour en Laponie
Helsinki - Tallinn en Estonie
Riga, Lettonie

SUEDE :
Göteborg et les îles

LES BALEARES :
Minorque

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 21:05

Une morue s'en va en Jordanie... c'est une autre qui la suit ! C'est ainsi sans surprise que j'ai suivi Maud lorsqu'elle m'a annoncé qu'elle partait en déplacement là bas.
La Jordanie... Rien que le nom du pays, je le trouve coloré et me donne envie d'y aller (pas vous ?)

A mon arrivée à l'aéroport d'Amman la capitale, j'ai retrouvé en un instant cette odeur et cette ambiance propre aux pays du moyen-orient. Ils ont un "je ne sais quoi" que j'adore ! Emportée par la foule (qui nous traîne et nous entraîne...), je suis bercée par l'arabe tout autour de moi. Et en un instant, je suis entraînée dans ce monde si loin du mien. C'est ça que j'aime tant : le dépaysement.
Enfin, la météo en avait décidé autrement car à 0° et sous la neige (Ah ouai ???), je ne me sentais pas si loin de chez moi finalement... !! Quel contraste !

Le lendemain (je vous passe les petites galères de courtoisie : pas de téléphone, crevaison avec la voiture de location...), le temps ne s'étant pas amélioré, Maud et moi avons préféré quitter Amman et rouler en direction le sud, plus précisément vers la mer morte. (Donc pas de photo d'Amman, désolée, nous n'avons pratiquement rien vu...) 

Mer morte
La mer morte

Coincée entre l'Israel, la Cisjordanie et la Jordanie, la mer morte tient son nom de sa salinité. Avec 27% contre 4% pour les autres mers, aucun poisson ni végétaux ne peut survivre dans cette eau (ou très peu). A plus de 400 mètres sous le niveau de la mer, elle est aussi le point le plus bas de la terre ! (Ah oui ?) Mais nous n'y plongerons pas même un doigt de pied, le temps n'étant franchement pas favorable à la baignade... Dommage il parait que l'on flotte très bien ! :)
Quelques kilomètres plus loin, nous étions plus qu'à 5 minutes des terres d'Israel... Grrr... non... allez... on continue en Jordanie, Israel ce sera pour une autre fois !

En début d'après-midi, nous avons donc pris la direction de Wadi Musa (Petra), passant par la superbe route de Tafila.

Route_Tafila2.jpgRoute_Tafila3.jpg
Sur la route de Tafila

Je dois dire qu'on ne s'est vraiment pas trompées sur l'itinéraire ! La route de la vallée est spectaculaire, entre les collines de granit, de calcaire et de gré, c'était grandiose ! Et après une halte le midi (à 15h) pour manger un plat local délicieux à base d'houmous et de boulettes (de légumes ?), nous traversions la vallée de Dana : sous la neige et sur la glace !!!

A seulement 6km de Petra, la circulation s'était arrêtée. Les Jordaniens sortaient de leur voiture et nous conseillaient de faire demi tour, la route étant devenue impratiquable. Maud et moi sommes restées un moment à réfléchir dans la voiture, jusqu'à ce que Talat toque à notre fenêtre. Ce résidant de Petra a proposé de nous accompagner dans les derniers kilomètres. Il a dégonflé nos pneus, nous a donné quelques instructions et nous l'avons suivi à 20km/h sur 5cm de verglas, jusqu'à Petra !
Je crois que Maud (qui avait pris le volant) a bien perdu 2 litres de sueur ! Mais nous sommes arrivées à bon port grâce à Talat qui nous a alors invité à boire le thé. Nous avons rencontré toute sa famille, partagé un thé bien chaud... Et à la question "Vous resterez bien pour diner ?", il est impossible de dire non ! Même si tu viens de manger il y a 1h à peine et qu'il ne te reste plus de place pour un Mansaf (plat typique Jordanien à base de riz, de poulet et de jammeed, sorte de yahourt sec... tellement bon).

Le lendemain matin, nous avions hâte de nous ballader et visiter la si fameuse cité archéologique de Petra. 

Petra1Petra2Petra5
Petra333.jpg
Petra

Pétra (Pouaaah !!!), la perle des Nabatéens classée patrimoine mondial de l'Unesco, est littéralement une merveille du monde. La cité est captivante mais on ne s'en rend pas tout suite compte en pénétrant sur le site. Après une demi-heure de marche, sans nous y attendre, nous nous retrouvions face au Trésor de Petra (photo du milieu, la plus connue) avec sa façade creusée dans le gré datant du Ier siècle av. JC, de 12 mètres de haut sur 10 de large. Nous étions éblouies! (Et non, j'ai bien regardé, pas de passage secret ni d'Indiana Jones... ! :))
Façonnée par les siècles, sous l'influence romaine et arabe (et un tremblement de terre...), Petra est surprenante ! Nous avons marché 2 heures, passant devant l'amphithéâtre, les tombeaux, les maisons troglodytes, le temple... Mais je dois avouer que c'est plus tard, face au monastère (photo du bas) que j'ai été la plus scotchée !! Depuis les hauteurs de la cité, nous avions d'un coté une vue spectaculaire sur cette façade de 45 mètres de haut comme de large et de l'autre une vue époustouflante sur le désert de Petra. Incroyable ! A ce moment, je réalise la chance que j'ai d'être là ! Ce paranorama, je n'en reviens toujours pas !

Après 5 bonnes heures de ballade où l'on en prend réellement plein les yeux, sur le point de quitter le site, Maud et moi avons croisé le chemin de 2 jordaniens : Abdullah et Ahed, taxi driver à Petra. Ils ont alors proposé de nous conduire sur les hauteurs de Petra, pour admirer le coucher du soleil (Rho le plan drague, les mecs, un classique !). C'est donc à dos d'âne (Heu oui, chaffeur de taxi mais j'aurai peut être dû préciser...) qu'ils nous ont emmené sur les hauteurs, d'où nous avions une vue imprenable sur le trésor de Petra et toute la cité. Un couché du soleil sublime... !

Little Petra1Little_Petra3.jpg
Little Petra

Le lendemain, les garçons ont proposé de nous revoir et de nous emmener à Little Petra. Comme son nom l'indique, une version réduite de Petra (très réduite, 20 minutes, nous avions fait le tour !) mais tout aussi splendide, avec ses tombeaux, ses caves et sa citerne.

En début d'après-midi, nous avons pris congé de nos guides (après 30mn de négociation !) et repris notre périple, rejoignant du coup la route du roi. 

RouteRoi3.jpgRouteRoi1
Route du roi

La route du roi est une des plus anciennes de Jordanie ! Si de tout temps cette route a été une voix pour le commerce ou les invasions, elle est avant tout la voie empreintée par Moïse pour mener son peuple au nord, à travers le pays d'Edom, au sud de la Jordanie. C'est aussi la route suivi par les Hébreux, en quête de la Terre Promise. Mais je m'arrête là pour la symbolique biblique. Il y aurait bien plus à dire mais je vous avoue que je ne maitrise pas vraiment le sujet (Ben faudrait t'y mettre ma cocotte !!... Bah oui... Je vais me étudier le sujet, promis !)

Après 2 heures de cette route spectaculaire, nous arrivions à l'entrée du désert de Wadi Rum. 

WadiRum1.jpg
WadiRum2WadiRum3
Wadi Rum

A notre arrivée, Maud et moi avons dû choisir un camp bédouin parmi la vingtaine dispersée un peu partout pour y passer la nuit. C'est Mahmoud qui a été désigné comme notre hôte de la soirée et guide pour le trek en 4x4 du lendemain.
Après avoir passé la nuit au coin du feu à convaincre Mahmoud (b
édouin, 21 ans, lui manque des dents... bref je vous passe les détails...) que je ne voulais pas me marier avec lui et que Maud ne passerait pas la douane avec 10 chameaux, nous sommes partis visiter le fameux désert de Wadi Rum. Mohammed et Mahmoud nous ont alors montré les dunes, les inscriptions Thamud et Nabatéennes, avant de passer à l'endroit exact où Lawrence d'Arabie avait basé ses opérations lors de la révolte arabe. C'est aussi là que le film a été tourné ! (Arg, je l'ai pas vu ce film... Indiana Jones non plus d'ailleurs... Oups !)

Nous nous sommes ensuite arrêtés pour escalader le Burdah Rock Bridge (2éme moment de stress pour Maud qui a le vertige :))) et boire un thé avec Samir, qui pour nous faire passer le temps (notre 4x4 étant tombé en panne, là aussi je vous passe les détails : Mahmoud joue son caïd devant les belles... Qui ? Oui, les belles ce sont Maud et moi voyons !) nous a tenu le crachoir et nous a transformé en vraies bédouines ! La classe ! Apparemment, le style bédouin me va très bien !! Non ? Bon d'accord, on dirait plut$ot des roumaines, je vous l'accorde... :)

En début d'après-midi, nous avons quitté Wadi Rum (le coeur lourd) et poussé jusqu'à Aqaba, pour découvrir la mer rouge.

AqabAlexAqaba.jpg
Aqaba

Et alors pourquoi la mer rouge ?? Non parce que je vous assure qu'elle a la même couleur que les autres !! Là encore Moïse est passé par là, mais ce n'est pas la raison.
Une des hypothèses couramment avancée est (...) qu'il arrive qu'occasionnellement, ses eaux soient peuplées d'algues de l'espèce Trichodesmium erythraeum qui, lorsqu'elles meurent, donnent à l'eau une couleur rougeâtre en raison d'un pigment interne rouge (source : wikipédia).
Après avoir fait trempette, il était déjà temps pour nous de remonter sur Madaba, pour nous rapprocher de l'aéroport et chopper (je pèse mes mots, je l'ai loupé...) notre vol de retour, le lendemain.

Cette semaine a donc été riche en découvertes et grands espaces. Pour tout vous dire, je ne m'attendais pas à autant de beautés et de couleurs ni à autant de gentillesses de la part des Jordaniens ! Ils sont vraiment attentionnés et accueillants, mais souffrent aujourd'hui de la triste actualité des pays voisins... Alors rassurez-vous, vous pouvez partir en Jordanie sans problème (enfin, à ce jour, renseignez-vous quand même avant de partir). Ce pays est coloré, authentique et vraiment attachant, à tout point de vue !

Partager cet article

Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 19:20

Ne pouvant rester sans bouger bien longtemps, et surtout parce que mon sac à dos avait l'air si triste dans mon placard, Arnaud et moi avons opté cet été pour un trip-découverte dans l'Est, plus précisément en Slovénie et en Croatie. Pour tout vous dire, c'était surtout un choix d'Arnaud, moi je me faisais une idée plutôt triste et sans saveur de ces pays. Mais bon, jamais déçue, je ne dis jamais non..., alors hop, c'est parti ! Et comme 650km c'est finalement  un peu long tout seul, nous avons proposés à deux amis de profiter du voyage : Djul's et Céline.

C'est après 8h de route, 1h de bouchons, 3 pauses pipi, 4 clopes (heu 4 ?...) et 7 bonnes heures de bonne humeur que nous arrivons à Bovec, en Slovénie.
Le petit village de Bovec se situe à l'Ouest du pays, à seulement quelques dizaines de kilomètres de l'Italie et de l'Autriche, en plein milieu du parc national du Triglav ("Trois têtes").

Fatigués par le voyage (et après quelques bières bien méritées), nous avons rapidement planter les tentes et n'avons eu aucun mal à trouver le sommeil. Et ce n'est que le lendemain matin, les yeux encore collés que nous découvrons alors le décor fabuleux qui nous entourre et que nous n'avions pas remarqué en arrivant de nuit. Le camping se situe entre les montagnes, juste à coté d'un affluent de la rivière Soca (prononcez "Sotcha"), la rivière la plus claire et la plus propre d'Europe ! L'eau est couleur émeraude, c'est d'ailleurs pour cela que la route qui longe la rivière sur des centaines de kilomètres s'appelle "La route de l'Emeraude" !

P1010311bis P1020335bis P1020297bis
La région de Bovec

Motivés alors par tant de beauté, nous étions impatients d'en voir plus.
L'"Eco Kamp" propose toutes sortes d'activités sportives. La région étant très connue pour cela, nous n'avons pas résisté à une petite après-midi de rafting où nous avons pu explorer le paysage, au fil de l'eau, sous un soleil radieux (ouai, plutôt tranquille le rafting, c'était pas trop la saison en fait).
Le lendemain, rebelote avec 2h30 de canyoning, dans les entrailles des montagnes. Une bonne dose de "maxi sensa's", cette fois, à glisser dans les tobbogans naturels de la roche et à sauter depuis les falaises, parfois jusqu'à 8 mètres ! (D'en haut, il faut viser, puis que le bassin naturel en bas n'est que de 4-5 mètres de diamètre !)

Ce n'est que l'après-midi nous entâmions notre périple, direction Bohinj, une ville beaucoup plus connue et donc plus touristique.

P1010338bis  P1020351bis
Bohinj

Après 35 minutes de train... heu non, de voiture... non, train ? (En fait, à la gare de Tolmin, vous posez votre voiture sur un train, qui vous emmène de l'autre coté de la montagne, pour rejoindre Bohinj), nous longeons le lac de Bohinj pour rejoindre le campement. Et c'est en pleine forêt que nous avons posé nos tentes, avant de se faire un ptit apéro au bord de l'eau, au coin d'un bon feu. Rien de tel que des copains, des bières, un feu, le tout sous un ciel étoilé !

Après une courte nuit, nous avons pris la direction du sud, en suivant la route de l'Emeraude, longeant la Soca.

P1020365bis P1020369bis
Soca

En chemin, nous nous sommes arrêté pour visiter les grottes de Skocjan. Inscrites au patrimoine mondiale, elles font partie, sans aucun doute, des plus spectaculaires parmis les 7000 grottes que compte la Slovénie ! Avec ses cavernes de calcaires et ses grandes salles souterraines, nous pensions avoir tout vu ! C'était sans se douter un instant de la suite de la visite, où nous tombons alors sur un gouffre gigantesque ! Enorme ! (Je ne publie pas de photos mes amis, nous n'avions pas l'autorisation d'en prendre).

Le soir, nous avons voulu dormir en bord de mer, et voir la côte Slovène, mais je dois dire que celle-ci est aussi "décevante" que les terres sont surprenantes et grandioses. Un petit arrêt à Potoroz (le Saint-Trop' de la Slovénie) avant de reprendre notre route.

Le lendemain, en moins d'une heure, nous passions la frontière et retrouvions les terres de Croatie. Notre permière halte : Pula.

P1020416bis P1020440bis
Pula

Non non, nous n'avons pas fait un détour en Grèce ou à Rome ! Mais il est vrai qu'avec son amphithéatre et son temple sur la place principale, la ville de Pula vous fait voyage à elle toute seule, vous exposant fièrement ses vestiges romains et vous rappellant ainsi ses origines.
La ville étant en bord mer, nous en avons profité pour piquer une tête et explorer les fonds de la mer adriatique en fin d'après midi.

Le jour suivant, nous avons opté pour l'île de Cres, choisissant de nous poser un peu, profitant du calme des îles. C'est donc à Martinsisca, précisément, que nous avons établi notre campement (oui parce que finalemennt, les îles, c'est un peu blindé ! lol).

P1020500 P1020507
L'île de Cres

Une fois les tentes plantées (en fait, le plus difficile était finalement de se mettre d'accord sur l'emplacement : à côté des toilettes, vue sur la mer, pas trop loin de la buvette ? Mon coeur balance...) nous nous sommes empressés de rejoindre le bord de mer, pour découvrir la vue et apprécier la clarté de l'eau. Mais le temps ne nous a pas épargné, et nous avons dû, rapidement, trouver refuge dans un ptit bar en bord de mer (ça c'est vraiment pas de chance !).

Le lendemain, nous sommes restés à Martinsisca, profitant de cette journée ensoillée pour se goinfrer des spécialités locales (Calamares fries pour certains, à s'en faire péter la panse !) et pour ne rien faire, sauf peut être penser à se retourner toutes les 1/2 heures pour ne pas cramer !

C'est donc bien reposés que nous avons repris la route, le lendemain, direction l'île de Murter, juste en dessous de Zadar. Moins fun que la précédente, nous avons flané dans les (quelques) rues de Murter, où à mi-chemin de notre parcours, nous avons pu dormir dans un vrai lit, et prendre des forces pour la suite du périple : Zadar !

P1020571 P1020574 P1020603
Zadar

C'est une ville stupéfiante ! Dès qu'on pénètre dans Zadar, on ressent pleinement son histoire. C'est une sensation particulière, de savoir que la ville fut en partie détruite, subissant les bombardements de la seconde guerre mondiale. Mais la ville aujourd'hui se relève et se modernise. Erigée sur une presqu'île, le bord de mer de Zadar est suprenant : sur le sol, des panneaux solaires sont placés en cercle, représentant le système solaire. L'énergie solaire est donc emmaganisée toute la journée pour être redistribuer la nuit tombante, sous forme de jeu de lumière. (Nous ne l'avons pas vu, mais cela ressemble à une piste de danse, version soirée disco ! lol) Et juste au bord de l'eau, un orgue de mer a été installé. En fait, sous les 4-5 marches ont été placé des tubes, laissant ainsi entrer l'eau et le vent, jouant alors une douce mélodie improvisée par les vagues !
En fin d'après-midi, conseillés par notre aubergiste de la veille, nous avons poussé jusqu'à Nin pour passer la nuit au camping, à une quinzaine de kilomètres au nord de Zadar. Nous avons profité de la douceur des rayons du soleil pour faire encore trempette, puisque la plage de Nin est LA plus belle (nous a-t-on dit !). Mouai... vraiment pas convaincus.
Nous avons rapidement troquer nos maillots de bain contre nos baskets pour partir explorer le coeur de Nin, qui est réellement joli. Petite balade nocturne dans le centre historique de Nin.

P1020637 P1010690
Nin

Posé sur un ilôt et relié au continent par des ponts de pierres, il contient tout de même plusieurs églises, un musée, plusieurs statues dont celle de Grgur Ninski (évêque du Xème siècle qui s'est opposé au Pape et qui a obtenu que les messes soient en Croate et non plus en Latin). Nous n'avons d'ailleurs pas omis de lui frotter l'orteil (orteil encore plus énorme que celui d'Arnaud, t'y crois ça ??? lol) , car parait-il, ça porte chance !

Le lendemain, nous prenions la route en direction des terres, un peu "blasés" du coté trop touristique des côtes.

P1010710 P1020657 P10205712
Zrmanja

Nous ne nous doutions pas alors tomber sur le canyon de Zrmanja, qu'on ne voit d'ailleurs que si l'on s'écarte de la route et des sentiers battus. Et quel spectacle ! Le canyon Zrmanja se situe dans la région de Velebit, et est connu pour la pratique d'activités sportives comme le rafting et le canyonig. Son bleu turquoise nous a bluffé, un décor spectaculaire !
Mais même dans ce paysage si grandiose, la guerre est passée par là, nous l'avons constaté en tombant sur le village de Zelengrad, en cherchant un camping. Village phantomatique, les habitants ont surement dû tout abandonner, car il ne restait plus que des ruines et des voitures brûlées. C'était vraiment étrange, et le malaise se ressentait dans la voiture, nous n'osions plus parler. Je crois que chacun de nous prenait sa claque et réalisait surtout le drame qui avait dû se produire ici...
Nous avons fini par trouver un camping, au bord du Zrmanja, où seuls les mecs ont réellement profités de cette eau à 10° !! (Non, mais nous aussi les filles, on s'est baignées, mais ça a été de courte durée !!... Oui, bon, Céline s'est baignée, oui, ben finalement, y'a que moi qui ai eu vraiment du mal ! lol).

La journée du lendemain, nous l'avons passés sur les routes, en direction des lacs de Plitvice, impatient de visiter le parc, devenu une des références de Croatie. C'est donc dès l'ouverture du parc, que tous les 4 étions fin prêts pour 6 heures de rando-ballade !

P10207842 P1010757
Les lacs de Plitvice

Principal décor de la guerre Serbo-Croate en 1949, le parc a été classé au patrimoine mondial de l'Unesco en 1979. Depuis, il accueille nombreux touristes curieux de découvrir les 16 lacs couleur turquoise, la centaine de cascades, et une forêt dense, où faune et flore prospèrent ici en toute tranquilité. Et pendant nos 8 heures de promenade (oui, nous avions opté pour le parcours le plus long, car le parc propose différents sentiers balisés), je vous avoue que pas un instant nous nous sommes lassés du décor ! Le paysage fut grandiose : ces couleurs, la clarté de l'eau, vraiment exceptionnel ! 

Le lendemain, faisant route vers le nord pour rejoindre le Slovénie (notre séjour touchant à sa fin), nous avons traversées Karvolac, autre ville marquée par la guerre, où les façades des maisons témoignent elles aussi des prouesses militaires.

C'est quelques heures plus tard que nous arrivons à Ljubjana, capitale de la Slovénie, et dernière halte de notre séjour.

P1020843 P1010876-copie-1.JPG P10208462.jpg
Ljubjana

 
Nous avons passé l'après-midi à flanner dans les rues de la ville, après un petit tour au château (qui n'a rien d'exceptionnel, je trouve). Mais Ljubjana est une ville tout à fait charmante ! Haute en couleur avec ses grafitis (qui décorent plus qu'ils ne dégradent, finalement), ses monuments et ses bars (bah oui, pas le choix, on s'est pris la sauce, il fallait bien s'abriter ! :)

C'est donc les têtes pleines (et les appareils photo aussi) de belles images de ces 2 pays que nous rentrons en France. Je me trompais donc : la Slovénie est véritablement belle et la Croatie, malgrè son passé mouvementé, est tout aussi remarquable. Deux semaines inoubliables sous le signe de la bonne humeur ! Merci les copains !! On repart quand ?  

Partager cet article

Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 21:20

Quatre ans après notre périple au Sénégal, nous voilà réparties, ma petite morue (Maud) et moi sur le territoire Africain, pour un road trip d'une semaine en Tunisie !

Après 2h30 de vol, nous attérissons à Tunis vers 20h et c'est trempé (ouai, pas de bol, on s'est pris la sauce) que nous arrivons, après 20 bonnes minutes de marche dans la médina (et soulagées de 20 dinars !! - "arnaque" de débutant, le taxi), à notre auberge. L'accueil n'est pas vraiment des plus chaleureux, et l'auberge est loin de mériter l'appellation 'Hostelling International' : pas d'eau chaude, des draps sales... Mais il nous en faut plus pour nous démotiver, on a vu pire !
Et dès le lendemain matin, nous voilà parties, sac sur le dos dans les rues de Tunis. 
 

 

Tunis (18) Tunis (15) Tunis (32)
Tunis (photos du 1er et dernier jour)

 

Nous avons fait un petit détour par la place du Gouvernement, avant de se voir proposer la terrasse d'une boutique du souk, où nous avons pu profiter d'une vue exceptionnelle sur Tunis. Nous avons ensuite profité du reste de la matinée pour flanner dans les rues étroites de la médina, les souks, faisant une halte pour goûter au premier met du pays, un traditionnel sandwich que l'on serre à tous les coins de rue : pain, mayonnaise, salade marinée, chou, oignons (beaucoup d'oignons), dinde et frites ! Mmmmm... sans harissa, ça passe très bien :)

 

L'après midi, nous avons opté pour une ballade à Carthage, à 15mn de train du centre ville de Tunis. Classé patrimoine mondial de l'Unesco, le site archéologigue de Carthage regorge de ruines et autres vestiges romains.


Carthage (26) Carthage (44)

Carthage

 

L'un des plus impressionants, ce sont sans aucun doute les thermes d'Anthonin (photo de gauche). Edifiées au IIe siècle, ces thermes s'étendent sur plus de 200m le long de la mer. ll n'en reste aujourd'hui plus que quelques ruines, les pierres ayant été utilisées dans la construction d'autres monuments à Tunis mais aussi dans tout le bassin méditerrannéen.
Non loin de là, nous sommes passées visiter le parc des villas romaines sur la colline de l'Odéon, dont l'une d'elles, la Villa de la Volière (photo de droite) est la mieux conservée (et en partie restaurée).

Après 3h de ballade, nous avons poussé notre escapade vers le village de Sidi Bou Saïd.

 

Sidi Bou Saïd (8) Sidi Bou Saïd (11)
Sidi Bou Saïd

 

Rien de plus agréable que de se promener dans les rues de ce village pittoresque (enfin, une fois qu'on s'est tapé la bonne côte) et des plus typiques. D'en haut, nous avions une vue imprenable sur la ville, la mer et le site de Carthage. Même s'il est un peu le St-Trop' de Tunisie, il était plaisant de se promener dans les rues de Sidi Bou Said, passant devant le célèbre café des délices (dont en parle Patriiick, dans sa chanson, photo de gauche), sous un soleil éclantant qui ravivait toutes les couleurs des lieux. 

 

Après une première journée bien remplie, Maud et moi avons pris la route (ou plutôt le train) le lendemain, direction la ville de Bizerte. 

 

Bizerte (5) Bizerte (24)
Bizerte

 

Au premier abord, cette ville nous a paru très industrielle, et pas vraiment chaleureuse (peut être aussi dû à la grisaille du jour). Mais on finit par savourer la ballade sur le port de plaisance... avant de croiser le chemin d'Ali, un habitant des lieux. En 2 minutes, nous voilà embarquées dans les rues étroites de la médina et du quartier Andalous. Ali nous explique qu'une main sur la porte représente une famille. Donc 2 mains ? Ben 2 familles ! :) Ce fut donc une petite ballade amusante avec ce "guide" un peu loufoque qui connaissait les moindres recoins de ce labyrinth, avant qu'il ne s'arrête pour nous demander 40 dinars !!! (Poua !! C'est plus de 4 fois le prix de notre hébergement ! Nous avons négocier 10, mais avons appris après coup que c'était encore trop !)
Le soir, nous avons squaté les dortoirs d'un centre de vacances de jeunes. Sans dévoiler tous les détails de cette expérience, Maud et moi avons bien été amusé au moment de la douche !!! (Bah oui, douche collective !! Heureusement, nous étions seules, ce n'était pas la période de vacances !).

 

Levées de bonne heure le lendemain (un peu trop tôt d'ailleurs, merci Morue qui ne sait pas régler son téléphone sur le bon fuseau horaire !!), nous sommes parties en direction de Tabarka, à 2h de bus de Bizerte. 

 

Tabarka (14) Tabarka (22)
Tabarka

 

Là, changement total de décor ! Tabarka est une petite ville côtière tout à fait charmante. Beaucoup plus touristique, Tabarka est connue surtout pour la pêche au corail, la plongée, son fort (photo de droite) mais aussi pour sa côte rocheuse qui part endroit forme des aiguilles et des arches naturelles (photo de gauche), vraiment superbes !

Nous avons alors profité de cette ballade ensoillée avant de rencontrer 2 Tabarkois (Arf, j'me souviens plus des prénoms moi !), qui nous ont offert un thé à la menthe dans le plus célèbre café de la ville : le café Andalous. Le plus vieux de la ville et surtout le plus typique, nous avons été totalement sous le charme : des structures en bois, des marionnettes accrorchées au plafond, le café est chargé de fiances et boiseries. Nous avons passées 1h à scruter le lieu du sol au plafond. Cet endroit où seules, nous aurions d'ailleurs pas osées y mettre les pieds, car il est bomdé à toute heure et principalement d'hommes.

 

Le lendemain, nous avons pris un louage (une camionnette 8 places qui ne part qu'une fois remplie !) pour aller à Bulla Regia, un site archéologique très connu de la région. 

 

Bulla Regia (11) Bulla Regia (46) Bulla Regia (38)

Bulla Regia

 

Bulla Regia est passé sous la domination romaine au IIe siècle (av JC). Il n'est donc pas étonnant d'y trouver toutes les composantes des cités antiques romaines : temples, forum, théatre, villas... Ces dernières sont d'ailleurs des plus originales, car les pièces sont enterrées. En effet, pour éviter l'extrême chaleur en été, les anciens avaient construits ces villas en sous-sol, pour avoir une clim naturelle (pas bête !). Celle-ci sont décorées de céramiques qui reflêtent le haut standing des lieux.

 

Durant cette visite, Maud et moi avons tenté d'échapper aux guides qui se promènent sur le site, pour éviter d'avoir à dépenser quelques dinars (Oui parce qu'ils préviennent pas, viennent vous parler et ne vous lachent plus ! Mais c'est le jeu, il faut être joueur !). Mais alors que nous repartions vers Jendouba (la ville la plus proche) pour reprendre un louage et rentrer sur Tabarka, 2 garçons (guides de Bulla Regia) nous proposent de nous emmener voir le site de Chemtou, à une dizaine de bornes.

 

Chemtou Chemtou
Chemtou

 

Nous nous retrouvons donc 20 minutes plus tard, à Chemtou avec Samir et Mourad. La ville est très connue pour ses carrières de marbre et son musée. Exploitée très vite, le marbre de Chemtou est exporté dans toute l'Europe, et utilisé notamment pour les monuments impériaux de Rome.
Par chance, Samir travaillait au musée avant d'être guide à Bulla Regia, il nous a donc permis de visiter le musée gratuitement, mais il nous a aussi fait une visite privée et détaillée ! Adorables, je dois dire que nous avons eu beaucoup de chances de tomber sur eux, car à 19h, plus aucun moyen de rentrer à Tabarka. N'étant pas en pleine saison, à cette heure, il n'y a plus de louage ni de bus. Ils se sont alors démenés pour nous trouver un taxi qui accepte de faire l'aller retour (3h de route) pour nous ramener. Les garçons ont fait le trajet avec nous, se tapant les routes en laçets de nuit, dans la brume ! Fatiguant, mais super sympa de leur part !
 

 

Le lendemain, nous avions convenu avec Samir et Mourad de se retrouver sur Jendouba pour aller visiter un dernier site, Dougga.

 

Dougga tunisie 2010 (258) Dougga

Dougga

 

Dès notre arrivée, nous avons été éblouïe par la splendeur du théâtre (photo au centre), et la grandeur des lieux. Plus qu'à Bulla regia, les ruines de Dougga sont impressionnantes et mieux concervées (pas étonnant que le site ait été classé). Le capitole (en fond, photo de gauche), les thermes, le mausolé (photo de droite), le forum..., tout était splendide (même les toilettes à 12 !!) ! Et je ne saurai dire si c'était dû à l'ambiance mysthique des lieux, mais le ciel avait décidé de participer au spectacle, et les allers et venues des nuages ne faisait qu'accentuer la splendeur et le caractère "sacré" du site ! Vraiment superbe !

C'est après 2h bonnes heures de visites que nous sommes rentrés sur Jendouba, où Mourad nous avait réservé une surprise. Pour cette dernière soirée dans les terres de la Tunisie, il avait demandé à sa maman de nous préparer un couscous et un tajine maison !!! Et cerise sur le gâteau, nous sommes allés manger tous ensemble à Bulla Regia, Mourad nous ouvrant les portes du fort Bizantin, là où aucun touriste n'entre ! (Terriiible !!!) Le lieu est réservé aux archéologues et étudiants qui viennent travailler sur le site. Nous avons donc profité de cette dernière soirée avec les garçons (petite chicha pour morue, qui n'y avait encore pas goûtée !), avant de reprendre la route pour Tunis, le lendemain (la petite larme à l'oeil, quand même...).

 

Dernières ballades dans la médina et les souks de Tunis (j'adore !), dernier thé à la menthe, dernier resto entre filles et derniers souvenirs, et il était déjà l'heure de rentrer.

Même si le temps n'a pas toujours été au beau fixe, Maud et moi avons passé une semaine inoubliable ! Nous sommes rentrées conquises !

Partager cet article

Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 16:49

A l'heure où tout le monde part s'entasser sur les pistes de ski, j'ai préféré proposer à ma mère et ma belle soeur de faire ce premier voyage de l'année 2010 en Egypte ! Je n'ai pas eu trop de mal à les convaincre, et ni une ni deux, nous sautions dans l'avion, direction le Caire, pour une semaine entre filles ! (Une pensée tout particulière pour ma chère marraine, une incollable sur le sujet de l'Egypte, je vais tenter de ne pas dire de bêtises !). 

A notre arrivée, nous nous sommes empressées de poser nos valises à l'auberge (situé dans le Garden City), pour partir aussitôt à la découverte des rues du Caire. Tout de suite dans l'ambiance des nuits bruyantes et agitées, nous n'avons pas attendu pour savourer le plat typique de là bas, un bon kochari : un mélange de riz, macaroni, pois chiches, d'oignons et d'ail. Un délice...

Le lendemain, n'étant pas certaines que le temps se maintiendrait (Oui, il pleut aussi en Egypte, mais à 27°, c'est pas vraiment gênant :), nous avons commencé notre périple par les pyramides de Guizèh. Premier challenge du séjour, la négociation de taxis en Anglais ! Mais une fois de plus, ma bonne étoile m'a permis de faire la plus formidable de toutes les rencontres : Magdi ! Le plus gentil des chauffeurs de taxis du Caire ! Adorable et attentionné, il a passé toute la journée avec nous, il a été notre guide et nous a chouchouté ! Je prends le temps de parler de cette rencontre, car elle a beaucoup contribué à rendre ce séjour exceptionnel ! (Et c'est surtout pour ce genre d'imprévu que j'aime voyager !)

Le site de Guizèh compte une centaine de pyramides, dont les plus connues : celle de Khéops, celle de Khéphren, de Mykérinos et celles des reines, ainsi que le Sphinx.

Guizeh (7) Guizeh (32)
Guizeh (134)
Les pyramides de Guizeh


Difficile de croire alors qu'on y est vraiment, là, face à ce rocher de calcaire de 2500 ans, veillant sur toute la nécropole !!! Long de 73 mètres et haut de 20, le Sphinx, même sans sa barbe et sans son nez,  est impressionnant ! Seul bémol, les restaurations récentes lui donne un aspect un peu trop neuf...
La pyramide de Khéops (à droite sur la photo) est la plus imposante du site avec ses 137 mètres de hauteur et 230 de coté. Il a fallu 20 ans pour la bâtir et quelques 2 500 000 blocs de calcaire ! Les architectes égyptiens de l'époque auraient orienté ses faces vers les 4 points cardinaux, grâce à l'alignement de 2 étoiles !!!
La pyramide de Khéphren (à gauche), fils de Khéops, est plus petite avec 136 mètres de haut pour 210 de coté. Mais elle est la seule à avoir gardé, en son sommet, le "revêtement" calcaire d'antan.
La pyramide de Mykérinos, fils de Khéphren est encore un peu plus petite, mais tout aussi impressionante. 
Il faut aussi savoir que tous ces vestiges datent de plus de 4500 ans, et sont aujourd'hui vides. Toutes les statues et sarcophages sont exposés au Musée du Caire.

L'après-midi, après un passage culturel dans une galerie d'art et une parfumerie, Magdi nous a proposé de nous accompagner à Khan El-Khalili, le quartier islamique du Caire.


SDC11331 SDC11276.JPG
Khan El-Khalili


Ce quartier est un des plus célèbres et des plus typiques de l'Egypte, connu pour ses souks et ses nombreuses mosquées ! Nous avons passés 3 heures à nous promener, passant par des rues si bomdées, que seules, nous n'aurions peut-être pas osé empreinter. Il règnait ici une atmosphère authentique et stimulante. Magdi nous a une fois de plus servi de guide, nous faisant découvrir les saveurs qui nous entouraient. Nous avons pu aussi visiter l'intérieur d'une mosquée (je ne me souviens plus de son nom, désolée), avec obligation de se couvrir la tête pour les femmes, pour finir sur son toit et jouir d'un panorama exceptionnel du quartier !
En fin d'après-midi, nous avons rejoint la place Hussein, où par chance, nous tombions le jour de célébration du prophète. A coté de la mosquée Sayyidna el-Hussein (photo de gauche), la fête battait son plein et les hommes sortaient en chantant dans la rue.

Le lendemain, déjà complètement sous le charme de la journée de la veille, nous avons opté pour la visite du si célèbre Musée du Caire.


P1010464 SDC11375
Le Musée du Caire
(de l'extérieur, les photos étant interdites à l'intérieur, bien sûr)


Dès son ouverture, les couloirs du musée sont déjà bomdés. Nous avons alors commencé notre visite par le premier étage, pas encore encombrés par les groupes de touristes et les guides. Consacré au mobilier funéraire, on y trouve surtout les trésors de Toutankhamon, 11e pharaon de la 18e dynastie ! Et d'un coup, on y est, là, face au fameux masque funéraire de Toutankhamon !!! Ce masque si célèbre, vu et revu si souvent en photo, il était là, face à nous. J'ai alors scruté les moindres détails de ces 11kg d'or, profitant de cet instant unique. Il était magnifique ! Je l'ai regardé droit dans les yeux, comme pour percer tous ces secrets. Je dois dire qu'on ne reste pas indifférent face à cet emblème et à tout ce qu'il représente.
Juste derrière, nous découvrions ses sarcophages en or aussi. Le plus précieux, en or massif incrusté de pâtes de verre, pèse 225kg !!!
Tout le rez-de-chaussée du musée est consacré aux statues, stèles, sarcophages... de l'époque prédynastique à l'époque bizantine. Entre le buste de Néfertiti, la statue d'Akhénaton, de Ramsès II, la statue de Khéphren, ce qui m'a le plus impressionné, c'est l'imposante statue d'Aménophis III et Tyi, dominant tout l'atrium central.

Après 4 heures de visites et de culture (je pense qu'on pourrait y passer la journée !), nous sommes partis explorer les rues du centre ville.


P1010481.JPG P1010491.JPG
Le centre ville


Malgrè le monde, on ne se sent pas oppressé dans les rues du Caire. On peut s'y ballader et flanner tranquillement. Tout aussi agréable, en fin d'après-midi, nous sommes rentrées à l'hotel en longeant les rives du Nil, au couché du soleil. Magique ! Mais ne vous penché pas trop, le charme est vite rompu lorsque l'on voit le flux de déchets bordant le Nil... Une dernière halte sur la route pour boire un thé et fumer une petite shisha, et au lit !

Le lendemain matin, levées à 5h30 pour enchaîner les 4h30 de bus, direction l'Oasis de Bahariya, au Sahara camp, chez Badri. A 360km du Caire, l'Oasis de Bahariya se situe dans le désert lybique. La présence de fer dans la région et les sources naturelles la rendent particulièrement prospère (et le tourisme aussi).


Oasis-Bahariya--21-.JPG Oasis Bahariya (52)
L'Oasis de Bahariya et ses alentours


A peine arrivées, nous étions charmées par l'hospitalité de Badri et le caractère authentique du lieu. Le camp de Badri comporte une quinzaine de cahutes faites par lui et son équipe. Et un peu à l'écart, quelques nattes au sol et un feu nous attendait le soir, pour manger, boire un thé, et fumer la shisha (= narguilé. Nooon, ce n'est pas de la drogue, Mam, pas plus que la cigarette !!!). En plus, pour l'occasion, Badri avait fait venir rien que pour nous des amis musiciens. Nous avons passé une super soirée à discuter, échanger et danser ! Un moment unique que je n'oublierai jamais...

Le jour suivant, nous partions à l'aventure, sautions dans un 4x4 avec 2 adorables égytiens, directions le désert noir. Ils avaient préparé la voiture avec toutes les affaires nécéssaires pour 2 jours de trek : bois pour le feu, bivouac, couvertures... Et après un arrêt en ville pour acheter quelques légumes frais, nous partions sur les routes... ou plutôt dans les dunes.


P1010634.JPG P1010647.JPG
Le désert noir


Le désert se situe au sud de l'Oasis, à quelques kilomètres de Bawati. On l'appelle le désert noir, car les collines et montagnes sont partiellement recouvertes de pierres volcaniques qui rendent le paysage atypique.
Après 2 heures de rodéo (et de tape-cul), nos chauffeurs font une halte dans une petite barraque sur la route, où nous sommes attendus pour manger. Au menu, salades typiques composées de fromage de vache, de thon, de tomates... Trooop bon ! Le tout servi avec la galette de "pain" traditionnelle servant de couverts.

C'est le ventre plein que nous reprenons la route, direction de la région d'Agabat. Durant 4h, nous traversons des paysages spectaculaires et savouront chaque instant.


P1010678 P1010690
La Crystal Mountain, la région d'Agabat et le Magic Spring.


En chemin, nous faisons une halte à la Crystal Mountain (photo de gauche). Une roche en forme d'arche (et de tête de chien ou de lézard, je sais pas voyez quoi vous ?) composée de quartz. Superbe ! 
Enfin, nous terminons cette journée en pleine coeur d'Agabat, pour y installer notre bivouac. Les garçons nous déposent non loin pour profiter du décors. Le paysage est sensationnel ! Nous sommes là, seules, en plein désert, scrutant les dunes et les rochers de calcaires qui nous entourent. En marchant, nous scrutions aussi le sol, car les pierres là bas sont les fleurs du désert. En effet, les pierres noires en pyrites sont sculptées par le vent et le sable pour prendre la forme de fleur. Tout simplement sublime !
Nous rejoingnons alors les garçons s'activant "en cuisine" pour admirer le couché de soleil et prendre un vrai bon repas. Nous sommes bichonnées, on en profite !!! C'était irréel, d'être là, au milieu de nul part, sans un bruit, éclairé par la lumière de la lune. Nous avons passé la soirée à discuter,  à rigoler, à se familiariser avec un fennec (enfin, surtout Maman... "Foxyyy ?"). Des moments inoubliables d'échanges, une expérience qui restera à jamais gravée dans ma mémoire !

Après une belle nuit (même pas froid, il devait faire 12°), nos gars remballent notre bivouac, et nous voilà repartis dans les dunes. Après quelques heures de route, là, au milieu de nul part, quelques palmiers entourent une source, qui semblent couler comme par magie, c'est le Magic Spring.

Nous continuons ensuite notre périple vers le désert blanc. Nous traversons alors un décor lunaire, où les roches, sculptées par le vent, donnent l'impression que vous n'êtes pas seul.


P1010765 P1010768
Le désert blanc


On peut alors observer autant de forme de champignons et de poules (mais siii ! Regardez bien, photo de gauche) que votre imagination vous le permet. Inouï !!! C'était magnifique !
Et après une dernière halte pour une balade en dromadaire et manger, nous avons dû reprendre la route du retour, pour notre dernière nuit au camp de Badri. Nous devions donc savourer ces derniers instants dans le désert ! Même si ces 2 jours passés dans les dunes sans se lever, sans toilettes, sans confort, nous ont un peu fatigués, pas question de se coucher sans profiter encore de cet endroit, de Badri (de Saki aussi, un bel égyptien de 26 ans :p), d'un bon thé autour du feu en fumant la shisha ! Jusque tard dans la nuit, nous avons discuté longuement, échageant quelques termes en Français contre quelques notions d'Arabe.

Malheureusement, le jour suivant arrivant toujours trop vite, nous n'avions pas le choix que de reprendre le bus du retour, qui nous ramenait au Caire. Nous avions cependant la consolation de retrouver Magdi ! Il est donc venu nous chercher à notre auberge, pour nous emmener à Saqqarah, un autre site de pyramides, histoire de profiter, jusqu'au bout, de ce séjour, cette dernière journée en Egypte.


SDC11539 P1010804
Le site de Saqqarah


Saqqarah est le nom de l’ancienne nécropole de la cité de Memphis, une des capitales de l’Egypte antique. Le site contient les sépultures de nombreux pharaons et hauts fonctionnaires égyptiens ainsi que la célèbre pyramide de Djéser, construite en degrès et premier tombeau en pierre. Sa construction fut mené par le célèbre Imhotep.
Nous n'avons malheureusement pas eu le temps de voir l'ensemble de la nécropole, le site fermant ses portes à 16h.

Notre séjour s'achevant, nous avons encore profité de ces dernières heures pour acheter nos derniers souvenirs, guidées par Magdi. Bijoux, antiquités, épices, l'Egypte a beaucoup à offrir. Il faut dire que pour nous, européens, la vie en Egypte n'est pas onéreuse : 1€ un paquet de cigarettes, 7,5€ une nuit à l'hotel ou 17€ une vraie shisha !!! :) (Qui veut passer à la maison ?) 

C'est avec une grande émotion que nous avons quitté le sol de l'Egypte (et que je termine cet article) le lendemain matin. Même Madgi a eu beaucoup de mal à nous déposer à l'aéroport et à nous laisser partir. Je dois avouer que ce voyage a vraiment été exceptionnel, sans doute l'un des plus beaux. L'Egypte, son histoire, l'hospitalité et la générosité des égyptiens ne m'ont pas laissé indifférente, je ne suis pas rentrée la même.
J'y retournerai, sans aucun doute ! Qui vient ?

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 21:20

Pour ne pas manquer une occasion de s'évader, Arnaud et moi avons profité du pont du 11 novembre pour se faire un petit week-end de 4 jours à la découverte de Rome.
Sans y être jamais allée, Rome m'a toujours impressionné. Au fil de mes cours d'histoire (Ouai j'avoue, j'étais pas super attentive...), j'avais bati, dans ma tête, l'image d'une ville puissante et forte. Ce n'était finalement pas que mon interprétation...

Dès notre arrivée, nous sommes partis nous promener dans les rues de Rome, profitant des quelques 20° et de ce soleil lumineux.
(Comme à chaque coin de rue il y a des batiments importants (portes, ruines, églises...), il me serait difficile de vous décrire chaque photo. Je vais donc vous présenter, dans cet article, les lieux les plus importants du séjour.)

Après quelques minutes, nous empreintions un parc sans se douter qu'au bout de l'allée principale nous allions tomber sur le Colisée. Je vous assure qu'à ce moment, là, à Rome, dans ce parc, l'image du Colisée était irréelle. On aurait cru une photo montage.

null


Visite du Colisée


Le plus grand amphithéatre jamais construit à l'époque de l'empire romain, il a fallu presque 10 ans pour construire le Colisée. Il était utilisé pour les combats des gladiateurs et pouvait accueillir 50 à 75 milles spectateurs. Une fois entre ses murs, on se sent alors tout petit. Je suis d'ailleurs rester un moment en pensant qu'ici même, au début du siècle, on posait les premières pierres et que mes pieds foulaient des vestiges de près de 2000 ans !!! C'était déconcertant et fascinant.

Après 2 heures de cette première visite, nous poursuivions vers le Mont Palatin, situé à quelques mètres. Selon la légende, c'est à cet endroit que Remus et Romulus ont été recueillis et élevés par la louve. Mais il s'agit aussi d'une des 7 collines sur lesquelles s'est construit Rome. Aujourd'hui, il recèle les ruines des plus grands palais.


Le mont Palatin

Sous l'empire, le palais Domitien recouvrait toute la colline du Palatin et se composait de 3 parties : la Domus Flavia (partie publique du palais), la Domus Augustana (partie privée, avec son bassin, photo de gauche) et le jardin (avec son "stade", photo de droite).
Là encore, on a du mal à réaliser où on met les pieds.

Un peu plus loin, nous rejoignons le Forum Romanum. C'est un regroupant de diverses ruines de l'époque. Le paysage est un peu chaotique, mais certains vestiges restent néanmoins imposants et se démarquent de ce chantier.


Le Forum Romanum


On peut alors voir le temple d'Antonin et de Faustine (photo de gauche) et les restes de l'imposante basilique de Maxence et Constantin (photo de droite). Imposante, parce qu'on se sent minuscule en dessous de ces voutes à 35 mètres de haut ! (Ouai, quand même !)

Le lendemain, levés tôt pour profiter de chaque instant dans cette ville étonnante, nous sommes partis en direction du centre ville, sans itinéraire définit. Nous sommes ainsi tombé sur le carrefour des 4 fontaines, où chaque coin des immeubles à ce croisement contient une fontaine, avant de tomber 100 mètres plus bas sur le musée d'art antique. Nous n'avons pas résister à l'envie d'y faire un petit tour. Nous avons ainsi pu découvrir quelques milliers objets d'art et peintures du 16e et 17e siècle. (Je ne publierai pas les photos de ce musée mes amis, je ne suis pas certaines des droits).

Plus loin, sans s'y attendre, nous sommes bien évidemment tombé sur la si célèbre Fontaine de Trévi (de qui ?) ! Trévi était une jeune, selon la légende, qui pour sauver sa virginité, aurait indiqué l'emplacement de la source aux soldats romains.

null
La Fontaine de Trévi


Commandé par le pape Benoît XIV, la construction de la fontaine s'est achevé en 1762. Aujourd'hui, c'est une des principales attractions de la ville. Il est d'ailleurs difficile de se frayer un chemin dans la foule de touristes pour prendre une photo. Surtout que la fontaine occupe toute la place sur laquelle elle se trouve. Mais c'est la nuit, avec ses illuminations qu'elle se révèle. (Non non, je n'ai pas jeté de pièce ni fait de voeux... j'ai gardé mes sous pour une bonne glace :p)

L'après-midi, nous décidons d'aller visiter le Vatican (non pas par croyance religieuse, mais nous étions curieux de voir ce lieu si célèbre). En quelques instants, nous étions là, au milieu de la place St-Pierre.


Le Vatican

Cette place est majesteuse et imposante avec près de 200 mètres de large et 120 mètres de long. Mais cela n'est rien comparé à la basilique ! Nous sommes resté sans voix en entrant dans cette église gigantesque. Nous étions impressionnés (révoltés ?) par toutes ses richesses, toutes ses statues, toutes ses dorures... Nous sommes restés bien 45 minutes à scruter les murs, les sols et les voutes, avant d'aller visiter le tombeau des papes. Il était aussi possible de monter sur la coupole pour jouir de la vue si célèbre sur la place St-Pierre mais les 9€ (et les 551 marches) nous ont freinés.

Cette visite ayant pris toute notre après-midi, nous avons du attendre le lendemain matin pour visiter la chapelle Sixtine, située dans le musée du Vatican. J'étais vraiment impatiente de pouvoir mettre les pieds dans cette chapelle et de pouvoir regarder, de mes propres yeux son plafond si célèbre.


Les salles et galeries du musée du Vatican

Ne penser alors pas ne faire qu'un aller retour, et qu'en 1/2 heure, le tour est joué ! Non, une fois entré dans le musée, nous avons mis 1h30 pour arriver jusqu'à la chapelle. En effet, il vous faut (mais vous n'êtes pas obligé) d'abord passer les salles, les galaries et les appartemnents avant d'y entrer. Déjà là, on en prend plein les yeux. Les tapisseries du 18e, les cartes du 16e, les peintures, tout est splendide. Et d'un coup, on y est, on entre dans la chapelle Sixtine (pas de photo les amis, il était fortement INTERDIT de photographier la chapelle). La sensation est alors indescriptible. J'avais du mal à réaliser. Voir de mes yeux cette peinture (et les autres) si mondialement connu, cette image que j'avais vu maintes et maintes fois dans les livres d'histoire : la création d'Adam et d'Eve, le jugement dernier, la Cène... et bien d'autres. La chapelle était remplie de touristes avec la tête est l'air, scrutant les moindres détails, du sol au plafond.

L'après midi, en sortant d'un restaurant, nous sommes arrivés sur la place Navona, une des plus belles places d'Europe (soit disant :p) avec ses fontaines et ses artistes, juste avant d'arriver, sans nous y attendre sur le Panthéon.


La place Navona                                               Le Panthéon

Ce temple est gigantesque. Il mesure une trentaine de mètre de diamètre et sa coupole a presque 2000 ans ! Une fois de plus, nous étions admiratif de la beauté et de l'ampleur des lieux.

Le lendemain, il était déjà temps de prendre la route de l'aéroport. Un peu sur notre fin, nous serions bien restés quelques jours de plus, pour étudier encore la spectaculaire ville de Rome et rafraichir nos connaissances de la Rome antique. (Finalement, 4 jours, c'est un peu juste...)
En tout cas, nous avons adoré, à tel point qu'un rentrant, je suis partie acheter le livre "L'histoire de la Rome antique" pour tout savoir.

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 18:39
Pour éviter la vague de touristes qui sevit l'été en France, Arnaud et moi nous sommes évadés ce mois d'Août 10 jours en Norvège. (Désolée pour ceux qui avaient parié sur l'Islande...)

Nous partions donc à l'aventure, sac sur le dos explorer ce pays si mythique. Avec une petite nouveauté, cette fois nous avons opté pour le CouchSurfing (www.couchsurfing.org). Il s'agit un espace communautaire, où le principe est de partager son canapé. Je me suis inscrite sur le site, mettant ainsi à disposition mon canapé pour tout traveller qui souhaite faire une petite halte à Nancy mais aussi pour prendre contact avec Celina, notre correspondante à Oslo.

Nous sommes donc arrivés en fin d'après-midi à Oslo et avons passé la nuit chez Celina. Tout de suite, on se rend compte du niveau de vie en Norvège (loin du nôtre, il faut savoir qu'Oslo est la ville la plus chère du monde !!!) Il faut donc prévoir son budget en conséquence ! 10€ un paquet de cigarettes, 12€ une bière à la térasse d'un café, 1€ un timbre !!! (Oui, ca fait mal, mon porte monnaie m'en veut encore, il veut plus me parler...)

Dès le lendemain, nous étions fin prêts et très impatients de partir à la découverte de la Norvège.


Nous quittions donc Oslo pour rejoindre la région de Stavanger, au sud-ouest du pays. Déjà sur ces quelques 600 km, nous étions admiratifs de ce pays, de ses cascades, ses maisons au toit végétal, ses églises et ses moutons.

Après une bonne nuit en tente (oui, vu les prix, même les auberges de jeunesse, c'était hors budget !), nous avons repris la route pour le rocher de Preikestolen. Ca vous dit quelque chose ? Mais si, la photo de ce célèbre rocher a fait le tour de la toile !

Après une bonne randonnnée de 2h30 à travers une forêt sous la brume, une colline éboulée et 2km à flan de falaise (Arnaud a même pas eu peur !), nous arrivions à 604 mètres au dessus de l'eau avec une vue spectaculaire sur le fjord de Lysefjord. De là, le paysage est à couper le soufle ! On se prend une claque de la nature.
Nous sommes restés là un moment sans se lasser du décor et scrutant les moindres détails de ce paysage grandiose.

La tête remplie de ces belles images de la veille, nous sommes reparti, dès le lendemain, à travers les fjords.
Nous longions donc la côte Ouest passant d'un fjord à l'autre, de ferry en viaduc, sans se douter quel nouveau spectacle nous attendait le virage suivant.

Et je dois dire que nous étions service ! Sur la route, nous sommes tombés sur une cascade gigantesque ! L'éclairage et l'ambiance du décor étaient réuni pour se croire dans le Seigneur des anneaux ou autre décor de cinéma. Spectaculaire...

Nous avons ensuite continué vers le nord en direction de la ville de Bergen, la deuxième ville de Norvège.

Petite après-midi tranquille à flaner dans les rues de cette charme ville, et notamment dans le quartier de Bryygen. Bryggen formait autrefois le coeur de la cité médiévale. Le quartier se compose aujourd'hui de ses célèbres maisons en bois typiques, établis dans toute l'Europe du Nord de l'époque hanséatique. (Heu, ouai, vous chercherez sur le net pour plus d'explication:)  Actuellement soigneusement restaurées, ces maison colorées servaient à la fois d'habitations, d'entrepôts et d'ateliers. Celles encore debout sont aujourd'hui classées patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le jour suivant, nous étions prêts pour de nouvelles sensations, de nouvelles découvertes. Nous avons continué notre route en direction du plus célèbre des fjors, le Geiranger.
Mais avant, sans connaître la route, nous avons choisi de faire un petit détour, et de suivre l'ancienne route de Strynefjell. Celle-ci monte en altitude et vous amène à un des plus beaux points de vue du pays : le décor est époustouflant !

Et alors que l'on croit avoir vu le plus bel endroit du monde, nous arrivons sur un plateau où le panorama est indescriptible. Un décor lunaire : la blancheur de la roche couplée au bleu turquoise des eaux des fontes des glaces, on se croyait sur une autre planète. Je n'ai pas de mots cette fois pour vous transmettre mon ressenti. Nous étions là, presque genés de déranger cette nature si parfaite et imposante. Tout simplement exceptionnel !

Suite à cela, le si célèbre Geiranger nous a paru plus fade. Cependant, il fait parti des fjords de l'Ouest de la Norvège inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

 
Le Geiranger

Mais il est surtout connu car étant ouvert sur la mer, il peut accueillir des paquebots de haute mer. On y voit donc souvent de gros paquebots de croisières.

Après une nuit bien reposante en camping (c'est pratique, en Norvège, pas besoin de se casser la tête ou de programmer son itinéraire, on trouve des campings tous les 5km), nous partons explorer le coté plus légendaire de la Norvège, son coté mythique : direction la route des Trolls (Trollstigen)

C'est une des attractions les plus prisées de la Norvège. Les montagnes qui entourent la Route des Trolls sont majestueuses. La route des Trolls est donc cette route qui descend en lacet et se composant de 18 virages escarpés. Une fois en bas, je n'ai pas cessé de scruter la forêt et le moindre rocher, en espérant avoir la chance d'en apercevoir juste un. Mais non. Difficile de les voir, les Trolls ont peur de la lumière du soleil et ne font confiance qu'aux enfants... (Ben ouai, ils n'ont pas su reconnaître l'enfant qui sommeille en moi...)

L'après-midi, nous avons fait une halte à Alesund, une ville situé sur un archipel et avons passés la soirée à Molde, une autre petite ville plus au nord.

Le lendemain, nous faisions route vers le nord, impatient de passer par la si célèbre route de l'Atlantique.
Elle se compose de 12 ponts qui jalonnent d'îles en îles, au milieu d'une nature intacte. Par moment, on a l'impression de voir un serpent géant couché là, sur les îles, endormi. (Meeeeerde, on lui a roulé dessus...)

Longeant la côte ouest entre Molde et Kristiansund, on peut même y voir, à certaines périodes de l'année,  des baleines et des phoques.
Pour la petite anecdote, de nombreux touristes choisissent d'emprunter cette route en automne pour faire l'expérience des tempêtes qui y font rage. En effet, il faut savoir que les ouvriers de la Route de l'Atlantique ont vécu 12 ouragans durant sa construction. (Quand même !)
 
L'après-midi, nous prenions la route pour Trondheim, la 3ème plus grande ville de Norvège.
Avant même d'y aller, j'avais déjà une affection particulièrement pour cette ville, ou plutôt un brin de nostalgie.

C'est à Trondheim que j'aurai du partir faire mon séjour Erasmus, au lieu de Turku, en Finlande. Mais fidèle à moi-même, je m'étais dit "Pas grave, un jour, j'irai à Trondheim !"
C'est une ville vraiment charmante. Rien de plus agréable que flanner le long des docks ou de se promener dans le centre ville. Mais c'est sans aucun doute la cathédrale Nidaros qui nous a le plus "scotché" !  Sa façade est si belle et si impressionnante, qu'on reste 20 minutes à scruter les moindres détails, le moindre personnage. Tout simplement grandiose.

Le lendemain, nous prenions déjà la route du retour, direction Oslo. N'ayant pas planifié d'itinéaire, nous avons rapidement quitté les routes nationales, pour explorer encore ces paysages fabuleux.
Et nous avons eu plus que raison ! Sans le savoir, nous avons traversé le plateau de Dovre. Stupéfiant !

Une étendue fabuleuse de la nature. Il n'y avait qu'une route qui slalommait entre les plaines rocheuses, les lacs et les nombreux édifices de pierres. J'étais un peu triste d'ailleurs, car tous ces tas de pierres placées en équilibre, sont , selon la légende, des Trolls qui ont été transformés en pierre, car ils ont été vu par des humains. (Ben je suis bien contente de ne pas en avoir vu finalement !)

Le lendemain, une petite halte au stade olympique de Lillehamer (où se sont dérouler les JO de 94) avant de prendre notre avion pour Franckfurt..

Bilan de ce voyage : La Norvège est un pays époustouflant ! Je ne crois pas avoir vu semblable paysage. Je suis restée sans voix face à sa grandeur et à cette force de la nature. Tout simplement majestueuse !

Partager cet article

Repost0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 16:55

Nouvelle aventure pour Arnaud et moi : Saint-Martin !
Une grande première pour ce nouveau périple, nous ne partions pas arpenter les routes d'un territoire inconnu, Arnaud et moi sommes partis 15 jours à Saint-Martin, rejoindre Seb, un ami, habitué de l'île (pas le droit à l'erreur sur cet article, Seb y va depuis 10 ans).

Nous avons pris l'avion de Paris (CDG) et avons embarqués pour 8h30 de vols ! Direction les Antilles, en plein coeur des Caraïbes ! Nous partions donc avec des images de plages paradisiaques, cocotiers et sable fin plein la tête. Nous nous trompions que très peu...

Partis à 11h du matin, nous arrivons vers 13h (heure locale), avec 6h de décalage horaire à Julianna, l'aéroport internationnal du côté Hollandais. Oui, il faut savoir que l'île est divisée en deux : une partie Hollandaise et une partie Française.
Seb (et son frère) était là pour nous accueillir, et tout de suite, sur le chemin de l'appartement, nous avons constaté la différence entre les deux parties : du coté Hollandais, les hotels et complexes touristiques poussent comme des champignons, les routes sont "défoncées" et sales. Du côté Français, c'est plus mignon et propre.


 
Voir toutes les photos de Baie Nettlé


A peine le temps de poser nos valises, nous partons nous promener le long du lagon, à coté de l'appartement, à Baie Nettlé. Et pour bien se mettre dans le bain, un ptit resto le soir, à 28° sur la plage, entre deux cocotiers.

Dès le lendemain, après une bonne nuit (levés à 8h ! Hein, t'y crois ça Mam ?), nous étions habitués à la trentaine de degrès, mais un peu déçu du ciel couvert. Heuresement le temps change vite là bas. Même s'il pleut le matin (une pluie tropicale chaude et agréable), il peut faire grand soleil 1h après.
Nous enchainons alors par la plage préférée de Seb, Baie aux prunes.


 
Voir les photos de Baie aux prunes

 
On comprend alors vite Seb, et cette préférence. A quelques kilomètres de l'appartement, l'océan Atlantique à perte de vue ! Une eau claire et délicieuse (28°) et quelques vagues qui vous chatouillent les gambettes. Et pas un chat ! (Heu non, la bas, on dit quoi ? Pas un iguane ?) Nous nous battions les premières places avec 3 palmiers, 8 grains de sable et 5 coquillages (oui oui, je les ai compté !) Un vrai bonheur !
Nous étions complètement sous le charme, et n'avons pas mis beaucoup de temps à nous déconnecter et à oublier nos tracas laissés en métropole. (Tracas ? Ah bon ? Non, en fait, on avait rien à oublier :p)

Après une petite soirée aux saveurs du rhum local (que je savoure encore aujourd'hui) et une matinée à la plage, nous sommes partis visiter le Fort Saint-Louis, à Marigot.


 
Voir toutes les photos du Fort Saint-Louis


Il a été bati au XVIIIe siècle pour protéger l'île et ses habitants des envahisseurs anglais qui tentaient de voler le café. De là, nous avions une vue imprenable sur toute la baie de Marigot, la principale et plus important ville française de Saint-Martin. Le temps étant au rendez-vous, c'était un vrai plaisir d'admirer l'étendue bleue turquoise qui s'offrait à nous.

Le jour suivant, nous repartions pour une autre plage. Loin d'être blasés, nous prenions le rythme, les plages sont nombreuses à Saint-Martin et aucune ne se ressemble.
Nous avons alors jeté notre dévolu sur Orient Bay, la plage la plus grande et la plus populaire de Saint-Martin !


 
Voir toutes les photos d'Orient Bay


Après une heure de farniente, une bonne collation au resto de la plage avec une vue exceptionnelle, sur la baie, nous nous sommes laissé séduire part une activité touristique : la banane. Un boudin tiré par un jet ski à 70 Kmh (environ) et qui vous éjecte en pleine mer si vous ne vous cramponné pas suffisamment. Inutile de préciser que je n'ai pas tenu les 5 premières minutes :)

Dès le lendemain, il était temps pour Gauthier (le frère de Seb, vous suivez là ?) de prendre son avion pour rentrer en France. Nous en avons profité d'être à côté pour aller faire trempette à Mullet Bay.


 
Voir les photos de Mullet Bay


"Mouai, faire les crêpes, c'est pas pour nous !" Ca, c'est ce qu'on pensait avant d'y avoir goûté et on y prend finalement goût ! Mais explorateur dans l'âme, nous avons vite eu la bougeote et la curiosité de découvrir les fonds. Nous étions donc partis équipés ! Tout le matos, prêt à faire du snorking : PMT (Palme, masque et tuba). Chaque plage où nous allions, nous ne manquions pas de prendre tout notre matériel pour explorer (sans aucun mal, l'eau était claire comme de l'eau de source) les fonds aquatiques ! Et nous étions servis : poissons perroquet, muraines, raies... (j'ai cherché Némo, mais je l'ai pas trouvé ! Merde...)

Dans les jours qui suivèrent, nous avons fait une halte touristique à Marigot, la principale ville de Saint-Martin du côté français.

 
Voir les photos de la ville de Marigot


C'est une petite ville charmante avec son port et son marché typique où nous avons pu faire nos premiers achats et trouver nos premiers souvenirs de l'île : tissus aux coulerurs des Antilles, nombreux masques et babioles habituelles. Les prix (en dollars) ne se négocient pas comme à Dakar, c'est bon à savoir.


Quelques jours après, nous sommes allés à Philipsburg, l'autre grande ville de l'île, mais du côté hollandais. Rien à voir.


 
Voir les photos de Philipsburg


La ville est beaucoup plus touristique, les américains abondent dans les 2 rues principales de la ville et sur le port, on ne voit que leurs énormes paquebots de croisière.

Mais pas trop de shopping ! Dès le lendemain, nous reprenions la route des plages, pour se poser à Fiar's Bay, une petite plage mignonne où il est impossible de passer son chemin sans se voir proposer un transat pour la journée. Bon, allez, on dit pas non.

Après 2 heures de farniente et un bon repas local sur la plage (poulet créole et rips), nous partons voir la plage de Happy Bay, juste à coté. Pas d'accès par la route, on y accède à pied depuis Fiar's Bay. Après 10 mn de marche, la plus belle plage de l'île (à mon goût).


 
Voir les photos de Fiar's Bay et de Happy Bay


Personne à l'horizon, aucune installation pour touristes, il n'y a que du sable blanc, une eau calme et turquoise et quelques cocotiers. Un paysage idyllique. Oui, mais j'étais quand même déçue (Ah bon?) Ben oui, j'ai cherché Nicolas, partout, je l'ai pas trouvé !!! (Qui?) Nicolas, José, Jimmy !!! Quoi ? Ca ne vous dit rien ??? Les vacances de l'amouuuur !!! Eh oui, les épisodes de la série ont été tourné à Saint-Martin, et la cabane de Nicolas se trouvait sur cette plage !! Arf...


Les jours qui suivèrent, nous sommes partis à Anse Marcel, une plage française. Le temps était plus qu'au beau fixe. Un soleil éclatant qui nous a bien marqué ce jour là !


 
(Oui, la bombe qui sort de l'eau sur la photo de droite, c'est moi.
Inutile de demander quelque agrandissement... un autographe, peut être...)
Voir les photos de Anse Marcel


Impossible donc de rester au soleil et de cramer. Nous sommes alors partis faire du jetski ! (à midi, erreur fatale) C'était vraiment excellent ! A 2 sur un jetski (même pas tombée !), Arnaud a bien flippé quand j'ai pris les commandes ! Une petite pointe à 75km sur l'eau, ça secoue ! De bonnes sensations assurées !

Sur la route du retour, le panneau "Case Ma doudou" nous incitait à prendre la première à gauche. Une petite halte pour se réapprovisionner de ce doux breuvage et l'occasion aussi de faire des réserves pour quelques cadeaux.


 
Voir les photos de la Case de ma doudou


La caverne d'Ali doudou !!! C'est une petite case de 9m², tout au plus, où chaque cm² est rempli de rhum. Toutes les saveurs étaient là : orange gingembre, passion, mangue (mon préféré), coco, bois bandé, vanille, hibicus et j'en passe. On avait envie de tous les goûter :p Miam... Et chaque bouteille est décorée et peint à la maison, un trésor !

La fin de séjour approchant (et de mon article, je vous rassure), nous sommes partis explorer le sommet de l'île : le pic paradis.


 
Voir toutes les photos du pic Paradis


Un petit quart d'heure de montée à travers une végétation très dense. C'est un des seuls endroits de l'île où  la nature est si généreuse (C'était beau à voir, toute cette verdure). Nous en avions profité pour tenter de voir quelques tarantules, mais pas une seule n'a pointé le bout de son nez..
Du somment, nous surplombions alors tout le quartier d'Orléans ainsi que toute la baie de l'embouchure !


Après cette petite mise en jambe matinale, nous avions gardé le meilleur pour la fin : une après-midi plongée sous-mairne !!! 


 
Voir toutes les photos de la plongée au Rocher Créole


Nous sommes partis avec un moniteur de plongée au Rocher Créole, non loin de Happy Bay.

Après une tite demi heure de bateau, et une autre encore de rappel sur les bases de la plongée, Thierry nous emmena dans les profondeurs (10 mètres) de la mer des Caraïbes ! Un spectacle époustouflant ! On découvre tout un autre univers ! 50 minutes où vous êtes coupé du monde, sans un bruit, entourré de couleurs et de vies ! C'était terrible !!!


Tout ce séjour était excellent ! Nous sommes revenus la tête pleine de belles images (et l'appareil photo aussi !) et bronzés comme jamais :p


Vous en voulez encore ?


Voir les photos de Maho Beach (l'eau est merveilleuse, mais les avions ne vous laisse pas en paix. Ils décollent et attérissent à quelques mètres de la plage, c'est cette attraction qui l'a rendu célèbre)

Voir les photos de Baie longue
Voir encore Baie aux prunes (sous un soleil radieux, la veille de notre retour)

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 09:11

Pas plus tard que le week end dernier (pont du 11 novembre oblige) Arnaud et moi sommes repartis sur les routes, en embarquant cette fois 3 boulets : Djul's, Céline et Seb.
Nous partions donc en road trip de 4 jours !

1er jour : Départ de Nancy avec tous les loustiques dans la voiture, direction Bruxelles ! 4 heures de route, avec un arrêt au Lux. (Qui veut des clopes ?) Mais nous ne sommes pas allés à Bruxelles centre directement, nous sommes allés à Vilvoorde, voir la Living Tomorrow 3. C'est quoi ? Pourquoi 3 ?

Il s'agit en fait d'une sorte de maison du futur, et c'est la 3ème qui a été construite. La première qui a vu le jour était en 1997 et elle a été fermé en 2001, pour laisser place à la numéro 2 en 2002, qui fut "recyclée' en centre de détente (sauna, hammam..) en 2006. Et donc voilà la n°3, ouverte en 2007 et qui fermera en 2012. Pourquoi ferment-elles ? Parce qu'il s'agit de maison "hight tech", présentant toutes les dernières avancées technologiques et parfois futuristes. Certaines, d'ailleurs, ne se verrons jamais sur le marché, car mal appréciées par le public. Je pense notamment au lit coccon pour enfant (avec écran plasma, console de jeu...) : il isole l'enfant, il ne sort plus de son lit.
En bref, une visite très intéressante, à faire !
Pas de photo pour cette maison, les photos à l'intérieur étant interdites... normal !

Après donc 1h30 de visite (quand même !), nous sommes partis à notre hôtel, Bruxelles centre... 1h30 pour trouver !!! Quelle merde ! Rien n'est indiqué à Bruxelles !! Une vraie galère ! Le pire, c'est que même les belges sont perdus et ne savent pas vous indiquez votre route ! Incroyable !
Nous avons donc garé la voiture et sommes partis en ville, boire un ptit coup et manger.
 

 

Petit pub bien sympa et typique en centre ville, où nous avons bien mangé. Nous nous sommes ensuite promenés dans les rues de Bruxelles : quelques rues atypiques où trônent encore de belles églises et cathédrales parmi les nombreux buildings (capitale oblige) en verre illuminés. Incroyable, on aurait dit des Tetris géants ! Tu, tou tu tu...
Mais tout cela, c'était bien avant le drame... Et oui, une bonne surprise nous attendait ! Au retour, nous sommes retournés à la voiture, chercher nos dernières affaires... Ben certaines n'y étaient plus. On nous avait pété le carreau pour nous les empreinter ! Arf, les mecs, fallait demander ! Toute façon, même le GPS était perdu dans Bruxelles !!!

2ème jour : Le lendemain matin, réveil de bonne heure ! Pas le temps (et plus envie) de visiter Bruxelles, nous avions de quoi faire !

 

Appel à l'assurance, puis passage chez les flics pour porter plainte (l'agent nous a dit que des gens comme nous, ils en avaient une dizaine par jour), et passage chez Carglass. Là encore, 1h pour trouver le Carglass. Et 1h d'attente, y'avait du monde ! (Les mecs doivent avoir un contrat avec Carglass, c'est pas possible !)

Enfin bon, nous oublons rapidement l'incident, et partons pour Amsterdam, à 3h de route de Bruxelles. Arrivés de nuit, nous étions sous le charme ! Ni une ni deux, nous sommes partis nous ballader dans les ruelles toutes mignonnes d'Amsterdam... et les coffee shop !!!! :p

   

3ème jour : Le lendemain matin, après une bonne nuit (en plein centre ville, nous avions réservés un dortoir de 6 dans une aubege de jeunesse (http://www.stayokay.com), grand confort), nous avons loués des vélos pour partir faire le tour de la ville. Super sympa ! Petite ballade matinale, nous sommes passés près de la fabrique Heineken (heu, pour une prochaine fois, il est 10h30 les gars !...), la gare, le port (où y'a des marins qui pleurent...on les a pas vu, ils sont partis se consoler dans un coffee shop :) ), le Nemo (centre culturel) et autres moulins, bien entendu !

  

Mais au bout d'une heure, on s'est pris la sauce !!! Bien évidemment, nous étions à l'autre bout de la ville, ne sachant plus trop notre route, et comment retrouver la location ! Mais nous avons finalement trouvés, trempés... (après une gamelle pour moi, la roue de mon vélo s'était prise dans les rails du tram... ouille !)
Direction donc le parking, où nous avons finit presque tous en caleçon et petite culotte pour enlever nos habits trempés et enfiler quelques choses de sec, pour reprendre la route.

L'après midi, direction donc Bruges ! (Quoi, de retour en Belgique ! :-S ) : 2h de route !
A nouveau arrivés de nuit, nous sommes allés directement prendre nos quartiers en centre ville, dans une petite auberge bien sympa. A peine le temps de poser les sacs, nous sommes allés visiter le centre ville, et se boire une bonne et vraie blanche de Bruges !!!
Miaaaammm

 

Bruges est petite ville, toute mignonne, avec une architecture typique. Sur la place du marché, le Belfroy domine toute la place ! C'est sur cette même place qu'on s'est fait un ptit resto. Les mecs voulaient manger des moules frites ! Forcément. Nous sommes donc allés à la brasserie 1900, où nous avons sympathisé avec le serveur qui nous a conseillé, pour la suite de la soirée, un pub des plus typiques de Bruges. Ben allez, hop !
Effectivement, le pub était excellent ! Y'avait même un petit vieux qui nous jouait du Bob Dylan ou encore America ! Géant ! Et en plus, on pouvait fumer !!! :p
Seulement une ou deux bières suivantes, le serveur nous a rejoint et a payé son (ses) coup(s) ! Nous avons donc pas mal profité de cette ambiance et sommes rentrés à 3h30 !

Le lendemain, retour à la maison. 6h de route, 4 pauses pipi (surtout caca) ! Merci les belges !

Pas plus de photos les amis. Pour cause : la nuit et le sale temps. Mais promis, on y retournera, finalement, c'est pas loin et c'était génial ! Du coup, le retour à la réalité (boulot boulot) fut plus difficile !


Partager cet article

Repost0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 18:34

Plus d'une semaine déjà qu'Arnaud et moi sommes rentrés de ce petit paradis : l'île de Madère !
C'est une île portugaise qui se situe au dessus des îles canaries, en plein océan Atlantique, à hauteur du Maroc. Petite île 57 kms de long sur et 23 kms de large : vous pensez en faire vite le tour ?

1er jour : Arnaud et moi sommes partis le jeudi 31 juillet de l'aéroport international de Franckfurt, le plus grand aéroport d'Europe (une usine à gaz) ! Nous avons décollé à 16h, pour 4h20 de vol.
Premier aperçu de l'île depuis l'avion, nous avons été étonné de voir la seule piste d'attérissage montée au bord des falaises ! (on la voit sur les photos) Nous avons appris que la piste avait été rallongée de plusieurs mètres... Ah bon ? Pourquoi ?
Arrivés à bon port vers les 19h, heure locale, les portugais nous attendaient avec un superbe soleil ! Bonheur. Nous étions tout de suite dans l'ambiance. 

Après une bonne nuit à l'auberge Villa Camicho, nous sommes partis visiter la ville de Funchal, la capitale de l'île. Nous nous sommes baladés sous un superbe soleil le long de la Marina, du port, pour rejoindre le fameux marché couvert de Funchal, avec son marché aux poissons (ça pue la dedans !), et celui des fruits et légumes, varié et coloré ! On avait envie de tout manger ! Miammmm


 
Voir les photos de notre arrivée et de Funchal


Ensuite, nous sommes allés récupérer la voiture de location que nous avions réservé. Enfin, que Mario nous a réservé ! Mario habite sur l'île (il loue aussi des appartements sur l'île : plus d'infos sur http://locationmadere.com/), j'avais fait sa connaissance sur internet avant de partir, et il m'a gentillement proposé de s'occuper pour moi de la paperasse et de la réservation. Nous n'avions plus qu'à récupérer les clés ! Merci Mario ! 
Nous sommes tout de suite partis pour suivre la côte sud, passant par Camaro De Lobos, Ribeira Brava et Calheta.

2ème jour : Après une bonne nuit de sommeil à Porto Moniz (la pointe nord ouest de l'île), nous sommes partis dès le matin vers le plateau de Paul Da Serra, dans les terres. Après avoir vu les côtes, les villes balnéaires et les plages du sud, nous avions (déjà) hâte de voir les grands espaces, la nature. 
Sur la route, nous avons vu le rallye de Madère. Plusieurs voitures circulaient sur les routes non fermées de l'île. Bien évidemment, Arnaud en a profité pour s'y insérer et s'est même fait applaudir par les supporters postés sur le bord de la route.
Sur la route, nous avons fait une halte pour admirer le paysage magnifique devant nous. Là, nous avons vu le départ d'une randonnée. Allez, hop, c'est parti !


 
Voir les photos de Porto Moniz et de cette randonnée


2h30 pour atteindre les "25 fontes" : une chute d'eau composée de 25 sources ! Superbe ! Ensuite, la randonnée nous permettait de suivre les levadas (cannaux d'irrigation créés par l'homme, 1400km sur toute l'île) parfois à flan de falaise ou le long d'un sentier, en forêt. Excellent ! Ensuite, 2h30 pour remonter !!!
Complètement claqués pour cette première journée de rando, nous sommes retournés à Porto Moniz, nous baigner dans les piscines naturelles. Ce sont des retenues d'eau qui se sont formées lors des activités volcaniques aux abords de l'île. 

3ème jour : Pour faire des économies, le soir, nous avons dormis dans la voiture, au plan de vue de Ribeira Brava : couché de soleil sur les falaises et vue panoramique sur l'océan. Superbe, mais mal dormi quand même ! C'est donc la tête dans le c** que nous avons abordée cette nouvelle journée !
Nous avons donc pris la direction d'Eira Do Serrado. Là, gros souci, Arnaud ne pouvait plus avancé avec la voiture. A 1095m, sur des routes escarpées et sans barrières, le vertige d'Arnaud a pris le dessus. Nous nous sommes tout de même arrêtés pour admirer ce paysage fantastique (photo de gauche, ci dessous).
Nous avons alors fait demi-tour pour prendre la route du tunnel et rejoindre Curral Das Freiras. Petit village tombé entre deux montagnes.


 
Voir les photos de Ribeira Brava à Curral das Freiras / de Paul de Serra


L'après midi, nous sommes allés nous "promener" sur le plateau Paul de Serra. Pensant faire une petite ballade tranquille le long d'un petit levada, nous avons finalement grimpé à 1639m, en plein soleil ! De là, nous étions au dessus des nuages, avec une vue impressionnante sur, d'un côté Sao Vicente et de l'autre le plateau entier de Paul de Serra ! C'était superbe ! Nous étions impressionnés ! (Photo de droite, ci dessus)

4ème jour : Le soir, nous avons dormi dans la plus belle Pousada de l'île, à Serra de Agua (http://www.pousadadosvinhaticos.com/) : vue sur les montagnes, bercés par le calme de dame nature !
Complètement ressourcés, nous avons commancé cette nouvelle journée par une randonnée dans les coins, à Encumeada, le long des levadas. C'était splendide ! A flan de falaise, nous avions une vue imprenable sur les montagnes.


 
Voir les photos de la Pousada et de cette belle ballade


Après une demie heure de marche, encadrés par toute cette végétation et ces fleurs, nous tombons sur l'entrée d'un tunnel ! (Monica que je suis, j'avais prévu la lampe torche !) Nous avons donc entamé la traversée de ce tunnel de 500m, seuls. Le moment était exceptionnel ! Il nous a amené à une petite cascade.

L'après midi, nous sommes partis "escalader" le sommet de l'île : le Pico Ruivo ! Rien que pour monter (en voiture) au parking de la randonnée, Arnaud était déjà "déstabilisé" ! Dur dur quand on a le vertige !2h de marche pour atteindre le sommet. Heureusement, un point cannette nous attendait à mi chemin :) Enfin arrivés, à 1861m, tous nos efforts et les peurs de mon homme se sont volatilisés et nous sommes restés sans voix devant ce spectacle authentique de la nature.


 
Voir les photos du Pico Ruivo


5ème jour : Le lendemain, nous avons profité de notre halte à Camacha, pour visiter un atelier de fabrication traditionnelle de toutes sortes d'objets en osier, une des spécialités de l'île. Un peu kitch, mais sympa. Nous avons moyennement aimé la floppée de tourisme qui mitraillaient les ouvriers portugais de l'atelier en train de travailler, comme des bêtes dans un zoo.


 
Voir les photos du jardin botanique et celui des orchidées


L'après midi, comme nous n'étions pas loin de Funchal, nous y sommes retournés pour visiter le jardin botanique ainsi que le jardin des orchidées. Nous avons été un peu déçu, car le jardin botanique présentait partout les mêmes cactus et le jardin des orchidées était en fait, la maison des orchidées. Cepedant, cela n'a rien enlevé à la beauté de cette fleur magnifique.

A midi, nous nous sommes arrêtés manger au Monte, petite ville perchée sur les hauteurs de Funchal. Nous avons pu voir les célèbres "pousseurs" de traineau en osier. Activité très connu du coin. A 1, 2 ou 3 personnes dedans, deux monsieurs vous poussent sur 2km en descente ! Coût du tour de Toboggan ? 25€ !!!
Ensuite, Arnaud et moi sommes partis voir le 2ème plus haut sommet de l'île, le Pico Areiro, à 1810m ! Pas de longue randonnée cette fois, le point de vue se trouvait sur le parking. Heureusement, on était un peu claqués de ces 5 jours de sport !
Une fois de plus, un panorama exceptionnel !


   
Voir les photos du Pico de Areiro


6ème jour : Pour cet avant dernier jour à Madeira, nous avons choisis de rester à Santa Cruz, non loin de l'aéroport, étant donné que nous avions rendu la voiture de location. Nous sommes donc resté nous ballader dans le petit centre ville de Santa Cruz et le long des plages de galets.

 
Voir les photos de Santa Cruz


Nous étions très étonné de voir que les piscines municipales et les transats en bord de mer sont gratuits. Il faut dire que la vie sur Madeira n'est pas chère : 1,5€ la paquet de clope, 0,85€ la bière !!! (Les principaux repères :)
Nous avons eu droit à un superbe coucher de soleil avant de rejoindre notre hôtel non loin de là.
Le lendemain, dernière (demie-)journée de farniente, avant de prendre l'avoin pour le retour, le 7 août, malheureusement. On serait bien resté encore quelques jours, pour profiter encore de cette île ressourçante et paradisiaque.

Partager cet article

Repost0
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 11:27
Eh oui, pas plus tard que le week end dernier, Arnaud et moi sommes repartis sur les routes, profiter des beaux paysages de notre belle France ! Destination, le nord de la Bretagne et la Normandie.

1er jour : Nous sommes donc partis jeudi dernier de Nancy, en direction de Lannion, chez Maud dans les Côtes d'Armor. 9 heures de route, 4 pauses pipi, 3 pauses clopes et une bonne trentaine de radars :)
Nous avions quitté nos 26° de grand soleil, pour retrouver le vrai climat Breton : 16° et une bonne grosse pluie ! La Bretagne quoi !

 

Le soir, nous sommes allés avec Maud (ma tite morue) nous promener (sous une petite pluie qui mouille bien) sur la côte de Trégastel. C'est une belle plage, où déjà là, on peut apercevoir les rochers de granit rose si imposants.

2ème jour : Morue travaillant, Arnaud et moi sommes partis visiter l'île de Bréhat, au nord de la ville de Ploubazlanec (oui oui, c'est très Breton ! Je suis sure que vous vous êtes mis à 3 fois pour lire le nom de cette ville :p ). Mais sur la route, nous nous sommes d'abord arrêter dans la ville de Tréguier que nous trouvions mignonne comme tout.

  

Effectivement, Tréguier est une petite ville charmante par son architecture et ses batîments imposants comme  la chapelle du centre ville ou son monastère logeant aujour'hui le théâtre de la ville (photo ci-dessus, à droite). Voir toutes les photos de Tréguier sont ici !

Ensuite nous avons donc continué notre route jusqu'à Ploubazlanec, où se trouve l'embarcadère pour lîle de Bréhat. C'est une petite île charmante (même si nous avons pas eu beaucoup de chance avec le temps : couvert mais pas de pluie), totalement piétonne d'environ 3,5km de long sur 1,5 de large.

  

Son charme réside dans la diversité de sa flore et le calme de ses petites ruelles et ses chemins.
Toutes les photos de l'île sont !

3ème jour : Le samedi, Morue et Rémi (son cabillaud) ne travaillant pas, nous sommes partis tous les 4 nous promener sur la côte de Perros-Guirec. En route, nous nous sommes arrêté visiter le château de ... heu... je sais plus le nom du patelin. Bref, toute façon, il était fermé :)

  

Cette fois, le temps était beaucoup plus clément : petit resto en térasse et en bord de mer, le pied. L'après-midi, nous avons pu nous ballader sous un magnifique soleil, le long du "sentier des douaniers".

  

Après 2 bonnes heures de marche, nous avons repris la voiture pour rejoindre le port et nous promener le long de la cote de granit rose.

  

C'est un ensemble d'énormes roches, posés là, qui des fois tiennent en suspensoin, on ne sait comment. Ca me fait penser au Jenga ! Ouai, la nature se marre et joue au Jenga !
Toutes les photos de cette journée sont ici !

4ème jour : Arnaud et moi devions déjà nous remettre sur la route du retour. Mais pas pour rentrer ! Non, c'est encore les vacances ! Nous décidions de visiter la ville de Dinan dans la matinée, pour profiter encore de nos 2 boulets :). Après une petite heure de route, nous avons pu visiter Dinan (à quelques kilomètres au sud de St-Malo), petite ville encore plus typique que Tréguier.

 

Petite ville oui, mais énormément de charme, avec son port, ses remparts et ses ruelles en pavés. En plus, dans le vieux Dinan, on trouve plein de galerie d'artistes peintres, potiers ou sculpteurs. C'est vraiment chouette. Les photos de Dinan sont !

En début d'après midi, Arnaud et moi avons continué notre route vers la Normandie. Eh oui, ni Arnaud ni moi avions vu le Mont St-Michel, alors c'était l'occasion. Après moins d'une heure, nous y arrivons. Biensur, c'était blindé de monde. En marée basse, nous avions une superbe vue sur la baie, c'était splendide.


Le fameux Mont St-Michel ! Nous nous sommes promené dans ses petites ruelles, pleine de monde ! On en fait vite le tour en fait, surtout si l'on ne visite pas l'Abbaye à 8,5€ l'entrée.
Mais le plus dur, ce sont les 2 heures de fil d'attente pour repartir du parking du mont. L'horreur. Mais c'est à voir (peut être pas le week end de la Pentecôte), le Mont St-Michel reste en lieu emblematique !
Le soir, nous avions réservé une chambre dans un mignon petit gîte (avec piscine) dans la Normandie profonde. Il était tenu par des anglais, super sympas.
Les photos du Mont et du gîte sont ici !

5ème jour :
Jour de départ. Nous avions décidé de partir tôt, mais de profiter tout de même de ce dernier jour de vacances. Sur la route, nous nous sommes arrêté demander à une mamie quoi voir en Normandie, sur notre route du retour. Trop de bol, cette petite mamie était une grande voyageuse ! Elle nous a donc conseillé de passer par St-Cénéri-le-gérei, un des plus beaux villages de France. Ne faisant pas un grand détour, nous nous sommes donc arrêté dans ce village qui a inspiré les plus grands peintres.

 

Encore coup de bol, nous sommes tombés sur le week end des rencontres artistes de St-Cénéri. Dans tout le village, des artistes locaux exposaient leurs oeuvres. Nous nous sommes tranquillement promené et avons découvert des artistes talentueux, avant de reprendre la route, et de contourner les bouchons aux abords de Paris.
Toutes les photos du village de St-Cénéri-le-gérei sont ici !

Voilà ! En seulement un week end Arnaud et moi a vu de splendides paysages de Bretagne et de Normandie ! C'est fou comme notre France est belle, non ?

Partager cet article

Repost0